Ça bouge à la télé, ça déménage à la fédé

Bing bang, voici un nouveau logo d’identification pour les artisans boulangers pâtissiers. Attention, nous avons bien dit « artisans boulangers pâtissiers ». La confédération nationale et l’ensemble de la filière (céréaliers, meuniers, levuriers, équipementiers) viennent de conduire une importante campagne de communication auprès du grand public. On ne triche pas…

Vous avez sans doute remarqué cette campagne à la télévision mais aussi sur les ondes « Boulanger, c’est un métier ». Il s’agit là de bien marquer sa différence en qualité de professionnel. Nous n’allons pas refaire l’historique de la profession, mais reconnaissons, que bien des fois, certains non-professionnels se targuaient d’afficher une enseigne qui pouvait être usurpée. A partir de maintenant, il sera toujours possible de vendre du pain, mais strictement interdit de revendiquer un métier de boulanger pâtissier ou tout simplement boulanger si vous n’avez pas les codifications indispensables.

La profession dans son ensemble est donc largement mobilisée par cette importante campagne de communication en faveur de l’identité visuelle « boulanger » qui identifie les professionnels au sens de la loi du 25 mai 1998. Dans le monde professionnel que nous rencontrons régulièrement pour réaliser nos différents reportages, il en va de toutes les interprétations pour porter un jugement sur ce nouveau logo. Il a tout de même le mérite de modifier l’ancien avec cette « icone » de travail de nuit sur fond bleu et cette « fichue » lune pour bien rappeler que non seulement le métier est difficile mais en plus réalisé pendant que d’autres rêvent au propre comme au figuré. Comment voulez-vous séduire des jeunes avec une pareille identité tout en respectant l’image de noblesse qu’il portait. L’ancien logo était beau, mais méritait un petit lifting. Les équipements sont bien là pour alléger le travail de l’artisan tout en respectant la tradition en matière de goût et de texture. La baguette de tradition est aujourd’hui reconnue et appréciée des consommateurs et les différentes méthodes de production permettent à grand nombre de boulangers pâtissiers de s’exprimer au bonheur des gourmands. Aujourd’hui, il n’existe pas un consommateur pour condamner la profession. Le pain est de plus en plus bon depuis une quinzaine d’années, sous l’impulsion des meuniers qui n’ont eu de cesse de convaincre les artisans sur une fermentation « choisie » avec des blés de bonne qualité.

Il y a près de 30 000 artisans, soit 30 000 pains différents afin de choisir l’artisan boulanger qui produit le pain de vos papilles. Crier sur les toits BOULANGER C’EST UN METIER, veut tout simplement dire qu’il est le fruit d’une passion, que c’est une passion validée par un examen, que celle-ci implique un investissement humain considérable, et il est hors de question de laisser un « mécréant » emprunter cette appellation que nous voulons « contrôler ». Boulanger, c’est un vrai métier.

Auteur : Gérard SABY

Partager cet article sur
468 ad