Ils seront au SIRHA 2015, hall 4 allée B

Le groupement, c'est une culture chez Guillin et fils !

En effet, membre créateur du groupement UNL et depuis maintenant trois générations, la famille sillonne le département du Jura et une partie de la Saône et Loire pour privilégier la fidélité, la proximité et bien entendu une sélection de produits d'excellente qualité. Lors de notre entretien, un mot fort, plein de bon sens personnalisait l'entreprise : "Ici, il n'y a pas de gros, ni de petits, mais des clients", argumentait Jean Christophe, l'actuel dirigeant. Depuis 1934, la confiance accordée par les artisans à cette entreprise permet aujourd'hui de faire vivre quinze personnes : six commerciaux, trois livreurs, deux personnes au dépôt et le reste à l'administratif. Les Ets Guillin ressemblent à leurs clients artisans, avec leurs spécificités et la noblesse des rapports humains, oui, chez Guillin, vous êtes chez vous... Jean-Christophe Guillin et ses commerciaux vous attendent au SIRHA.

Jean-Christophe Guillin

 

Dans un univers lumineux et proche d'un centre d'activité animé, Fabrice Daubourg, dirigeant de la société éponyme est implanté à Bourg en Bresse.

Dans cette structure là aussi a taille humaine, le mode de fonctionnement est unique et sans aucun doute des plus remarquables. En effet, afin de maîtriser les coûts de ses matières premières dans l'intérêt des artisans, la distance entre le dépôt et le boulanger le plus éloigné ne dépasse pas les 50 km. De plus, la notion de services est si pointue que celle-ci laisserait sur le carreau la première grande structure car, une commande prise le matin, est livrée l'après midi ! Qui dit mieux ? C'est un pari engagé depuis plus de 40 ans et Fabrice n'envisage pas la moindre modification. On ne change pas une équipe qui gagne... Entrepôt de surgelés nouvellement aménagé, chambre froide de 120 M3, Hall de démonstrations au service des fournisseurs et des artisans, l'esprit de famille est respecté…

Fabrice Daubourg

 

Installée dans le département de l’Yonne, la société Richoux est le fruit d’une reconversion professionnelle adaptée au nouveau mode de distribution.

Richoux « Père », créateur de l’entreprise en 1983, passe du « laisser sur place » aux véritables tournées. Aujourd’hui c’est Freddy qui gère dix-sept personnes, trois commerciaux et quatre livreurs dans un périmètre de 150 km. Le département de l’Yonne est sillonné en long et en large, mais la population d’artisans boulangers et pâtissiers n’est pas très dense. Il faut aller chercher des clients jusqu’à Troyes d’un côté et Nevers de l’autre, pour avoir un stock performant et permanent. C’est chose faite et l’entreprise fait figure de leader régional. 60% de la clientèle est issue de la filière blé/farine/pain, et les 40% restants appartiennent au monde de la restauration. Les tournées des commerciaux sont de deux semaines avec livraison le lendemain. Adhérent UNL depuis de longues années également, le groupement possède là encore un bon ambassadeur régional. Freddy et son équipe seront présents pendant la durée du salon SIRHA à Lyon.

Freddy Richoux

 

Les établissements Pro-Délices sont installés dans le département de la Loire.

Nous avons ici une structure à taille humaine et pourtant trois dépôts à gérer avec plus de six départements à couvrir. Oui, UNL c’est aussi l’harmonie entre des grossistes différents mais dévoués à une seule cause, celle du service. Société familiale également créée par le père en 1978 (deux frères à la tête des dépôts aujourd’hui), le siège est installé dans une ancienne briqueterie (bâtiments magnifiques à découvrir dans un prochain reportage), où au total quarante-cinq personnes, quatorze commerciaux et douze camions assurent des livraisons régulières. Les clients sont visités en moyenne une à deux fois par semaine et livrés à J+1. Une performance UNL qui mérite là aussi son petit clin d’œil. L’achat d’une société à Roanne Mably en 1995 puis la dernière dans le département 38 en 2013 font de cette société une référence régionale. 95% du chiffre est réalisé auprès des artisans boulangers et pâtissiers, les 5% restants se font auprès des restaurateurs et pizzerias dont, vous n’en doutez pas, l’objectif est de conquérir de nouvelles parts de marché.

Eric Triouleyre

 

Plus d’infos sur UNL-SAS.fr

Auteur : Gérard SABY

Partager cet article sur
468 ad