Développement d’entreprise : quelques conseils pour la rentrée 2011/2012

Les techniques, le développement, le goût, le matériel évoluent et nous ne pouvons rester sur les mêmes bases que précédemment. Chaque entreprise cotise à la formation par une taxe sur sa masse salariale, puis ces fonds sont  collectés par des organismes qui se chargent de les attribuer aux organismes de formation. Accordez du temps à la formation, vous aurez ainsi un regard encore plus pointu vers l’avenir et très souvent, cette formation est prise en charge par déduction de cette taxe.


Vous avez sans doute remarqué que des nouveaux produits arrivaient à grands renforts publicitaires. La clientèle voyage beaucoup et découvre de nouveaux parfums, de nouvelle saveurs, le thé matcha, le Yuzu, la fève de Tonka, les fèves de cacao d’origine, autant de produits qui permettent de proposer des nouveautés et créer un dialogue avec sa clientèle. L’artisan se doit de toujours innover avec de nouvelles présentations, de nouvelles saveurs.

Il y a plusieurs types de formation : celle que vous recevez, mais aussi celle de tous les jours dans votre établissement.

En formation  interne, l’artisan doit dialoguer avec le personnel de vente. Je rappelle qu’il est important de garder à l’esprit que la réussite d’une affaire est liée à 60% à la vente au magasin. Vous pouvez réaliser les meilleurs produits, il est primordial que la vendeuse connaisse les compositions des produits, par des mots simples, des mots qui font saliver.

Ne jamais utiliser des mots comme mousse, comme gelée, gélifié, nous utiliserons plutôt, crème légère, crémeux, confits, compotées de fruits, toujours parler de légèreté, de light, de fraîcheur. A chaque sortie de nouveaux gâteaux, le pâtissier doit présenter le produit aux vendeuses, donner l’explication de la recherche, de l’association des parfums, présenter la composition en quelques lignes.

Exemple : le biscuit aux amandes, crème légère vanille, confit de framboise, juste préciser s’il y a de l’alcool, mais là encore, l’explication sera de dire au parfum léger de rhum St James. La vendeuse doit apporter les conseils de dégustation, à conserver au réfrigérateur jusqu'au dernier moment, ou encore à sortir 15 minutes avant de déguster, ou à chauffer légèrement dans un four à 160 °C thermostat 5. De nombreuses explications qui donneront cette notion de professionnalisme. Bien entendu il est très important que chaque personne goûte les compositions afin d’en connaître la véritable finalité et d’en mémoriser les saveurs.

 

La formation chez les grossistes

De nombreux fournisseurs de matières premières vous proposent des journées de formation, d’informations, de présentation de nouveaux produits, nouveaux matériels. Il est important pour vous, de prendre du temps et de vous y rendre. Cela fait aussi du bien de sortir de son entreprise, d’échanger au contact d’autres professionnels.

Nous avons les mêmes impératifs, les mêmes obligations de résultat, et surtout d’avoir un œil extérieur à son quotidien. Le fait de proposer à ses employés, les jeunes apprentis ou son chef, de se déplacer avec vous, les motive considérablement. Nous sortons tous grandis d’avoir pu participer à une démonstration de professionnels, avoir côtoyé un Meilleur Ouvrier de France, un démonstrateur renommé et l’équipe se sent concernée par le développement de nouveaux produits.

 

La formation dans les écoles de perfectionnement : des stages bien ciblés vous sont proposés.

Un domaine particulier, une lacune sur un produit et vous serez en liaison directe pour connaître les ficelles, les astuces, les secrets sans perdre de temps, vous serez également en contact avec des personnes motivées, toujours avide de connaissances, de savoir faire.

Aujourd’hui il existe de nombreux cours de produits applicable à la vente directe, comme les entremets, les petits gâteaux, la viennoiserie, la restauration rapide, mais aussi des stages plus basés sur le management, les techniques de vente magasin, l’informatique appliqué.

Pensons également au personnel féminin qui a souvent suivi son mari dans sa passion et qui se retrouve dans un domaine inconnu. Les épouses d’artisans aussi ont besoin de ce faire aider dans un savoir-faire qui n’est pas leur métier d’origine.

Nous devons prendre en considération que le développement d’une entreprise passe par une vision extérieure, par le développement professionnel de chacun, au laboratoire ou au magasin, nous avons tous besoin de progresser pour améliorer notre travail au quotidien.

 

Jean-Michel PERRUCHON
Meilleur Ouvrier de France

 

 

Auteur : Gérard SABY

Partager cet article sur
468 ad