Paprec Recyclage et Groupe GUILLIN s’associent pour accélérer le recyclage des barquettes alimentaires plastique et PET

Décidés à accompagner la dynamique autour du recyclage plastique, le leader français du recyclage et le leader Européen en solution d’emballages alimentaires lancent le projet REUSAL pour accélérer le tri et le recyclage des barquettes plastiques en PET et renforcer l’écoconception des produits mis sur le marché.

 

Mi-août, Brune Poirson, secrétaire d'État auprès du ministère de la Transition écologique et solidaire, a annoncé la mise en place d’un système de bonus-malus pour inciter les industriels à éco-concevoir leurs produits et utiliser davantage de plastique issu du recyclage. L’ambition gouvernementale est d’arriver d’ici 2025 à recycler 100% des matériaux plastiques mis sur le marché (contre 20% actuellement). « Utiliser du plastique recyclé dans les emballages est techniquement faisable en toute sécurité, nous l’avons déjà largement démontré avec nos partenaires et notamment avec le Groupe GUILLIN, expert reconnu en solution d’emballages alimentaires », éclaire Sébastien Petithuguenin, Directeur général du groupe Paprec. « Nous sommes évidemment favorables à la création d’un dispositif incitatif même si le système présenté par le secrétariat d’État nécessite encore d’être précisé », poursuit le dirigeant.

Groupe GUILLIN, précurseur en matière d’innovation, s’est toujours attaché à éco-concevoir l’ensemble de ses emballages. « Soucieux de l’environnement, notre Groupe fabrique depuis plus de 15 ans des emballages alimentaires en PET constitués de plus de 50% de de matière recyclée de qualité alimentaire. Ce principe vertueux permet d’assurer un cycle de vie infini pour nos produits » confirme Sophie Guillin-Frappier, Directeur Général du Groupe GUILLIN. « Ce projet a pour objectif d’aller encore plus loin dans notre démarche d’économie circulaire et de nous permettre de maximiser le pourcentage de matière recyclée dans la fabrication de nos produits. » Les deux entreprises ont ainsi décidé de mettre en commun leurs moyens de recherche et de développement pour travailler au lancement d’une unité spécifique de récupération, de traitement et de régénération au grade alimentaire des emballages alimentaires plastique, selon le principe de « barquette à barquette ».

Paprec et Groupe GUILLIN ont ainsi pour objectif de mettre en place le programme de développement suivant : développer et optimiser le sur-tri des barquettes dans les flux de collecte sélective, développer la technologie de régénération de ces flux, renforcer l’écoconception des emballages alimentaires, et optimiser l’incorporation de matériaux de grade alimentaire issus du recyclage.

Le sur-tri des barquettes plastique est d’ores et déjà expérimenté à l’échelle industrielle chez Paprec Trivalo 35. Cette unité inaugurée en 2016 fait partie des usines du groupe équipées pour l’extension des consignes de tri et donc la séparation des plastiques provenant d’emballages autres que les bouteilles et flacons (barquette, pots de yaourts, sacs plastiques…).

« Pour aller toujours plus loin dans le recyclage des plastiques, le modèle de l’alliance entre un industriel utilisateur et un recycleur est celui qui est le plus efficace », constate Sébastien Petithuguenin. Paprec est en effet leader de la transformation des plastiques avec 300 000 tonnes par an, le tiers de ce qui est collecté dans l’Hexagone. « Allier les connaissances et expertise de nos deux groupes va nous permettre de déterminer les meilleurs choix techniques et ainsi de développer des outils spécifiques adaptés à nos besoins qui exigent une matière première recyclée répondant de manière stricte aux règlementations en vigueur de sécurité alimentaire et aux critères techniques nécessaire à la bonne utilisation de nos emballages » ajoute Sophie Guillin-Frappier. Les deux groupes familiaux français, leaders et experts reconnus sur leur marché respectif, sont unis dans leur détermination à être des acteurs influents et proactifs dans une démarche vertueuse d’économie circulaire, en adéquation avec leur engagement environnemental historique.

Auteur : Gérard SABY

Partager cet article sur
468 ad