Si seulement c’était vrai !!!

Gerard SABY

Nous voici à l’aube d’une nouvelle façon de faire de la politique.

Nous avons remarqué que notre nouveau Président ne gesticule pas dans tous les sens, et c’est peut-être ce qu’il nous est aisé de lui reprocher. Il y a les discours d’avant, et les réalités d’après. C’est l’état de grâce et par nature, il est éphémère. Soyons encore patients, le premier étage de la fusée est parti et gageons que les suivants ne partent pas dans les abîmes de la galaxie.

Au fond de nous-mêmes, personne n’ignorait que nous devions donner un gigantesque coup de rein, mais nous ne voulions pas l’entendre de nos candidats de l’époque qui fustigeaient le petit Nicolas. Ce que nous refusions de voir se trouve maintenant en plein milieu de la figure tel un « pic », que dis-je… un « cap » !!! Mais c’est une péninsule !!!

Maintenant il nous faut soigner notre corps car nous en prenons plein la tête. Par dessus le marché, « l’élu » doit donner la main aux grands patrons et embrasser sur la bouche les syndicats. Ce n’est pas un mariage à trois mais bien davantage. Dans les propres rangs de cette nouvelle majorité, les verts sont noirs de colère et les rouges trop écarlates. Même les mariages d’argent ont besoin d’un peu d’amour !!!

Peu à peu, tous les citoyens de la planète terre comprennent que les pays se tiennent par la barbichette. Ce n’est pas un problème hexagonal, ni européen, mais tout simplement international. Si les banques ont un problème, les états sont trop faibles pour les soutenir. Si les états ont un problème, les banques plongent dans les profondeurs. Le pouvoir échappe aux politiques, alors un peu de volonté. Si elle ne peut pas tout, sans volonté, on ne peut rien. Faut-il ré-inventer une nouvelle société ? Faut-il ré-apprendre à partager ? Sommes-nous égaux ? Pour les jeunes qui arrivent sur le marché et les nouveaux plans proposés par nos dirigeants, le problème n’est pas de commencer avec un SMIC faible, c’est d’y rester. Avec des politiques pleines de promesses, celles-ci n’engagent que ceux qui les écoutent et d’y ajouter : les promesses rendent les fous joyeux…

Parlons business.

Nous attaquons la nouvelle saison 2012/2013. En face de nous se dessinent les fêtes de fin d’année et une grosse manifestation sur Lyon, sans doute l’événement de tous les métiers de bouche le plus important de France. En ce qui concerne les fêtes de fin d’année, il est important de traiter ce dossier à l’avance car en très peu de temps, il faut agir et réagir. Ce n’est pas le moment de tomber en panne parce que la machine est en fin de vie.

Changer les éléments usés ou tout simplement demander une bonne reprise ou bonne remise sur la nouvelle génération d’outils est sans doute plus pertinent. La rotation de matières premières est à réfléchir fin septembre début octobre pour avoir en réserve tout ce qu’il vous faut début novembre. Décors, boîtes, sachets, fèves... Ne rien laisser au hasard.

Les grossistes ont de nombreuses nouveautés et souvent des petits conseils pertinents à vous apporter. Le personnel est encore plus précieux et doit prendre part à la préparation des coups de feu. Très souvent, au bureau, nous recevons des appels de professionnels désemparés suite à l’absence de l’un des membres de l’équipe. Notre temps de réaction est de deux mois car nous sommes un magazine bimestriel et seul internet peut répondre si, par chance, un boulanger ou pâtissier était disponible mais là !!! Prévoyez l’imprévisible en conservant une longueur d’avance sur la production. C’est facile à dire, mais difficile à vivre au cas où...

Soyez heureux, bonne lecture, et rendez-vous dans notre numéro de novembre/décembre 2012.

Gérard SABY

Auteur : Gérard SABY

Partager cet article sur
468 ad